23.03 à 15:00 /// L’Europe après le Brexit par André Sapir

Comment l’UE sera capable de réagir à ce départ ? Pourra -t- elle offrir une réponse crédible aux attentes en matière économique et de sécurité ou bien continuera-t-elle à tergiverser ? Que choisiront l’UE et l’UK pour leurs relations futures ? Au centre de la discussion, en filigrane, le concept et la définition d’une Europe à deux vitesses devenue incontournable voire souhaitable.

 

Lieu: UPJB — 61 Rue de la Victoire 1060 Bruxelles



25.03 à 16:00 /// LES VoISINS

LES VoISINS

FESTIVAL NOUS AUTRES

SAMEDI 25 MARS 16:00

Tout public dès 12 ans – Gratuit

L’histoire se déroule dans un immeuble où les habitants préparent la fête du quartier. Comment chacun s’organise-t-il ? Comment chacun appréhende-t-il la rencontre avec l’autre ?

Une création de Lola Chuniaud et Valérie Gimenez avec Salma Ousrout, Mohamed Ousrout, Anas El Aissaoui, Lina Miftah, Sali Skura, Chaima Mhadbi et Océane Laury

Le spectacle sera suivi d’un échange avec un membre de Territoires de la Mémoire sur les stéréotypes du racisme ordinaire.

Depuis octobre 2016, le collectif La Brèche, composé de deux comédiennes professionnelles Valérie Gimenez et Lola Chuniaud, mène un atelier théâtre avec Salma Ousrout, Mohamed Ousrout, Anas El Aissaoui, Lina Miftah, Sali Skura, Chaima Mhadbi et Océane Laury, un groupe de jeunes âgés de 12 à 25 ans, à la Maison de la création.

En plus de la pratique théâtrale, ils et elles participent à l’écriture du texte de par leurs propositions singulières et les improvisations qu’ils construisent au fil des ateliers.

L’objectif du collectif est de valoriser les jeunes dans cette rencontre théâtrale
et humaine en créant un spectacle qu’ils sont fiers de porter. Axé sur la thématique du racisme, il interrogera nos préjugés et nos stéréotypes.

Avec le soutien de lUPJB (Union des progressistes juifs de Belgique), de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Cellule égalité des chances de la ville de Bruxelles.

Lieu: Maison de la création, boulevard Emile Bockstael 246A, 1020 Bruxelles, Belgique
Réservations:02 424 16 00
Plus d'infos? Cliquez ici!



27.03 à 20:15 /// La mémoire de la Nakba en Israël

Débat introduit et animé par Henri Wajnblum.

Le livre “La mémoire de la Nakba en Israël” est le fruit d’un travail de recherche mené sur deux ans. Pour les israéliens, 1948 incarne l’aboutissement du rêve sioniste, celui de fonder un Etat à majorité juive. Pour les Palestiniens, c’est l’avènement du processus colonial qui les a dépossédés de leur droit et de leur terre, s’illustrant par le terme de Nakba, nom que les Palestiniens donnent à l’expulsion des trois quarts d’entre eux entre 1947 et 1949. C’est dire combien cet événement pèse dans la mémoire des deux peuples.

En analysant les mécanismes de refoulement de cette mémoire palestinienne en Israël, l’étude nous plonge au cœur de la mentalité juive israélienne, et nous montre qu’au Proche-Orient plus qu’ailleurs, l’histoire est avant tout une question politique.

Thomas Vescovi est professeur dans le secondaire et chercheur en histoire contemporaine. Diplômé de l’Université de Paris 8, ses travaux de recherche se concentrent sur le Proche-Orient, notamment la société juive israélienne, ses relations avec le peuple palestinien et son rapport à l’histoire. Auteur de Bienvenue en Palestine (Kairos, 2014) et La mémoire de la Nakba en Israël (L’Harmattan, 2015), il intervient dans différents médias tels que Middle East Eye, L’Orient le jour, L’Humanité, Politis, The Maghreb and Orient Courrier, Les clés du Moyen-Orient…

 

Lieu: UPJB — 61 Rue de la Victoire 1060 Bruxelles

 




30.03 à 15:00 /// A travers romans et nouvelles, que nous dit Amos Oz? par Tessa Parzenczewski

Du récit autobiographique “Histoire d’amour et de ténèbres” à “Judas”, dernier roman paru, le parcours d’un écrivain majeur, ancré dans la réalité israélienne mais dont l’univers se déploie en de multiples facettes, brassant passé et présent, le collectif et l’intime, le monde d’hier en diaspora et les questionnements d’aujourd’hui, sans oublier les mystères de la création littéraire.

Lieu: UPJB — 61 Rue de la Victoire 1060 Bruxelles

 




28.04 à 20:15 /// La chorale stemagnifique

Stemagnifique est une chorale qui prend son origine en 2009.

Un groupe de femmes demandeuses d’asile se sont retrouvées autour de Lucy Grauman au Planning Familial de la Senne pour chanter des chants de leur pays.

Ensuite, ce moment de chant s’est ouvert à d’autres : à des hommes, à tout le monde.

Depuis 2014, notre groupe s’est inséré dans un projet musical à Met-X sous le nom de Stemagnifique.

Notre répertoire comporte des chansons du Maghreb, de divers pays d’Afrique, d’Haïti, d’Afghanistan, d’Italie, de Roumanie et même un chant yiddish, dans des harmonisations originales.

Ce qui n’a pas changé depuis huit ans, c’est l’étonnement toujours renouvelé de se retrouver dans le chant et le plaisir que nous y prenons.

Photo ©Kaffe Matthews




15.02 à 14:00 /// Espace de Travail Artistique (ETA)

 

Eté 2015. Le Créahm-Bruxelles (Création et handicap mental) invite une cinquantaine d’artistes (plasticiens, musiciens, acteurs et danseurs), intervenants extérieurs et participants du cru à investir l’entièreté du bâtiment industriel qu’il occupe en vue d’une vaste exposition pluridisciplinaire. Le film suit au plus près l’atelier d’arts plastiques. Sans discours ni questions formulées, il capte avec humour et patience les jeux relationnels et les territoires brouillés de la création.
On y voit notamment à l’oeuvre le peintre Richard Moszkowicz, à qui l’UPJB a consacré une salle d’exposition dans le cadre du Parcours d’Artistes 2016.

La projection du film de Gérard Preszow sera précédée de celle de Jackson, je sautér pala fenètre de Lou Colpé & Jackson Ramanadovic, et suivie d’une rencontre avec :

  • Frédéric Rolland (artiste, psychiatre),
  • Lou Colpé (cinéaste),
  • Gérard Preszow (cinéaste),
  • Jean Florence (psychanalyste).

Le programme complet des rencontres Images mentales. Regards sur la folie est disponible en cliquant ici.

 

La Vénerie - Espace Delvaux

Rue Gratès 3

1170 Bruxelles



16.02 à 20:00 /// Liebman renégat

Les étudiants étaient tous curieux, souvent enthousiastes, parfois hostiles mais jamais indifférents. La science politique, dans les cours de Liebman, n’était pas une litanie « objective » mais poussait les étudiants à réfléchir. Ils étaient tous perturbés dans leur prudence et leur quiétude. Pour des générations d’étudiants, le Janson avec Liebman, aujourd’hui encore, 30 ans après sa mort, demeure le souvenir marquant de leur passage à l’ULB.

Son fils Riton, devenu acteur, dramaturge et réalisateur, fait revivre sur scène son père à l’ombre de qui il a vécu et qu’il adore. Ce père issu d’une famille juive conservatrice et austère qui fut un enfant juif caché pendant la guerre, dont le frère ainé disparut dans les camps, et qui devint, après un séjour à la London School of Economics, un homme de gauche, solidaire du peuple palestinien, ce qui lui valut d’être traité de “renégat”.

Riton Liebman a reçu le prix du Meilleur auteur aux Prix de la Critique 2015.

L’ULB a tenu à rendre hommage, 30 ans après son décès, à Marcel Liebman en proposant cette représentation unique qui se tiendra dans l’auditoire Paul-Emile Janson où le professeur dispensait ses cours.

Lieu: ULB — Auditoire Janson. Avenue Roosevelt - 1050 Bruxelles

Entrée GRATUITE et ouverte à toutes et tous, avec INSCRIPTION : www.ulb.be/events/liebman



Cycle Migrations et Luttes Sociales (2016-17)

Du 3 novembre 2016 au 30 juin 2017

Programme 2016-17

  • 3 novembre 2016 (17h-19h) – Andrea Rea (ULB) et Marco Martiniello (ULg) – Retour sur le livre “Histoires sans-papiers” (2002) – Bruxelles Laïque (18-20 avenue de Stalingrad, 1000 BXL)
  • 24 novembre 2016 (17h-19h) – Jérémy Piolat (UCL) – Souffrir, duper, faire société. Stratégies et ruses de migrants en situations d’inhospitalités – Pianofabriek (35 rue du fort, 1060 Saint-Gilles)
  • 26 janvier 2017 (!!!17h30 – 19h30 !!!) – Pauline Brücker (SciencePo Paris) – Le capital militant à l’épreuve de la mobilité. Les mobilisations de demandeurs d’asile soudanais en Egypte et en Israël – UPJB (61 rue de la victoire, 1060 Saint-Gilles)
  • 23 février 2017 (17h-19h) – Thomas Swerts (UAntwerp) – Chasing the DREAM : The undocumented youth movement in the United States – Het Anker (25, rue Marcq, 1000 BXL)
  • 23 mars 2017 (17h-19h) – Anaïs Carton (MLS) – La kafala au Liban. Exploration d’une pratique aux frontières de la légalité et des formes de résistance de travailleurs domestiques migrants – Le Space (26, rue de la clef, 1000 Bruxelles)
  • 27 avril 2017 (17h-19h) – Louise Tassin (Paris Diderot) – Les politiques d’expulsion en pratique(s) : protestation et répression dans un centre de rétention français – Espace 16 Arts (16, rue Rossini, 1070 Anderlecht)
  • 4 mai 2017 (17h-19h) – Abdelhak Ziani (Samenlevingabouw) – Sans-papiérisme et citoyennisme – CBAI (24, avenue Stalingrad, 1000 BXL)
  • Juin 2017 (!!!date à préciser !!!) – Table-ronde des groupes de militants autonomes (SP Belgique, UDEP, OSP, Collectif de coordination des migrants, Voix des sans-papiers de Liège, autre ?) – Quelle(s) (dis)continuité(s) entre les collectifs de sans-papiers qui font l’histoire de luttes de migrants en Belgique ? – !!! Lieu : à préciser !!!

Merci à Antonin D. Moriau pour le logo MLS

Voir en ligne : le blog de “Migrations et Luttes Sociales”




Clôture & Rentrée de l’UPJB

RENTRÉE UPJB LE 24 SEPTEMBRE DÈS 19.30

Cher.es abonné.e.s, cher.e.s ami.e.s,

L’année scolaire touche à sa fin, les examens sont derrière nous, les activités de l’UPJB sont clôturées, le camp de nos jeunes approche… Bref, le temps est venu pour nous de vous souhaiter à toutes et à tous d’excellentes vacances.

C’est aussi l’occasion de vous annoncer une rentrée en fanfare avec NOUéVOU. Un groupe qui chante en yiddish, arabe, flamand et français et dont la musique,un mélange étonnant de violon, de rap, de chant, de beat-box, nous va comme un gant !

A vos agendas !

Rentrée UPJB le 24 septembre dès 19.30

NOUéVOU

Nous et vous…
Nouez-vous…
Pour célébrer les Droits de L’Homme…
Faire tomber les murs de la discrimination… 
Pour le plaisir de créer ensemble…

Joëlle Strauss, Rival Capone, Serdi Alici…

Voir en ligne : Clôture & Rentrée de l’UPJB




Mois chargé

Le camp de Carnaval a ceci de bien qu’il ne faut attendre qu’une semaine avant de tous nous retrouver le samedi. Mais les vacances de Pâques arrivent à grands pas, un petit mois seulement les séparent du retour du camp d’hiver. Un mois c’est quatre semaines donc quatre samedi et pas le temps de s’embêter.

Paru dans le Points Critiques de mai 2016

SAMEDI 20 FEVRIER

Les moniteurs et moi-même avons rendez-vous au Pianofabriek avec la troupe de théâtre Ras El Hanout dans le cadre de leur ateliers «  Presqu’impro  ». Le principe est simple : comédiens ama-teurs, ils entreprennent de rencontrer diverses associations, généralement issues d’autres communautés. A l’issue de la rencontre, ils proposent un spectacle «  presqu’improvisé  » avec, pour trame, les choses dites pendant la rencontre. Les membres de la troupe étaient déjà venus voir notre pièce, La Cuisine de Babel. Mais ce matin, c’est avec les moniteurs de l’UPJB-Jeunes qu’ils ont rendez-vous. Pendant une heure, nous discutons. Avec eux, nous essayons de trouver les réponses aux questions qu’ils nous posent. Qu’est-ce que l’UPJB ? Qu’est-ce que c’est qu’être juif ? Qu’est ce que c’est qu’être juif à l’UPJB ? Ou même, comment peut-on être dans mouvement juif sans être juif soi-même ? Après cette heure d’échanges, nous sommes invités à revenir dans la soirée, assister au résultat de leur journée de travail lors d’une représentation.
Dans l’après-midi, nous accueillons Jamal Zakari dans nos locaux. Il est un représentant du Front Polisario à Bruxelles et il est là pour présenter aux trois groupes des plus grands, les Zola, les Korczak et les Marek, la lutte pacifique du peuple sahraoui pour son indépendance et sa souveraineté. Après une brève introduction de monsieur Zakari, nous regardons un reportage. A la fin de la séance, on dispose les chaises en rond, les enfants prennent leur goûter, posent des questions et discutent avec Jamal Zakari. Les ados semblent très intéressés par un conflit dont ils n’ont, pour la plupart, jamais entendu parler, et par la manière dont Jamal Zakari l’expose, lui-même Sahraoui en exil, et qui ne cesse d’insister sur la volonté de son peuple de résoudre la question de manière pacifique, malgré la colère et les frustrations. Un intérêt que semble apprécier tout particulièrement Jamal Zakari, content de pouvoir exposer son combat à des oreilles nouvelles et surtout très jeunes. Un échange plein d’enseignements donc, mais aussi très chaleureux.

Le soir venu, l’ «  équipe moniteur  » et moi-même, nous nous rendons au Pianofabriek, afin d’assister au résultat de notre rencontre avec Ras El Hanout. A la fin du spectacle et des interventions du public, il reste des incompréhensions manifestes. Sur ce que les membres de la troupe ont compris de nous, sur ce que nous avons compris du spectacle. Mais il y a surtout, d’un côté comme de l’autre, la volonté de se rencontrer à nouveau dans le but de les combler, par la discussion et le théâtre.
La semaine suivante, le mouvement de l’UPJB-Jeunes décide de répondre à l’appel des moins jeunes à participer à la grande marche européenne en faveur d’une autre politique d’accueil des réfugiés. Nous marchons ensemble derrière le calicot de l’UPJB, chantant des slogans sous le soleil. Une fois la marche terminée, nous rejoignons le local et nous discutons de la manifestation, son but et les raisons qui nous ont poussés à vouloir y aller, en tant que membres de l’UPJB-Jeunes. Enfin, les plus sportifs vont profiter des derniers rayons de soleil pour taper le ballon, tandis que les autres restent pour un grand quizz musical, qui d’ailleurs se révèle lui-même plutôt sportif.

SAMEDI 19 MARS

Le dernier avant les vacances de printemps. Après discussion au sein de l’équipe mono afin de savoir s’il convient de célébrer des fêtes religieuses à l’UPJB («  mais ça c’est pas religieux, c’est culturel, c’est la tradition…  »), il a été décidé de profiter de l’occasion pour fêter Pourim, qui tombe le jeudi d’après. Enfin, pas question ici de «  cérémonies religieuses qui n’en finissent pas  ». C’est un Pourim à la sauce UPJB-Jeunes. Direction le Bois de la Cambre, où les enfants, déguisés pour l’occasion, divisés en petites équipes, doivent, à l’aide d’épreuves, récolter des indices pour découvrir qui, parmi les «  villageois  », est Aman. A l’image de ce qui se fait durant les camps de Carnaval et d’été, c’est un grand jeu inter-groupe. Une fois celui-ci terminé, les enfants rentrent au local pour manger les traditionnelles «  oreille d’Aman  », faites maison. Après c’est les vacances de Pâques, trois samedis sans UPJB. Mais on se retrouve ensuite pour la reprise et, en ligne de mire, et qui ne saurait se faire prier longtemps, le camp d’été…