[Projection] du film « La Commissaire » de Alexandre Iakovlevitch Askoldov

Introduction: Françoise Nice

« La Commissaire » est sans doute l’unique film dans l’histoire du cinéma soviétique à aborder les rapports entre judéité et révolution. C’est entre autres pour cette raison qu’il est resté interdit pendant vingt ans.

Affiche du film la commissaire, 1967

Le film, réalisé en 1967, est basé sur le premier récit publié par Vassili Grossman en 1934 « Dans la ville de Berditchev ». Vavilova, commissaire de l’armée rouge, est enceinte. Pour qu’elle puisse accoucher, elle est placée dans la famille d’un artisan juif de Berditchev pendant l’été 1920 alors que l’Ukraine est déchirée par la guerre civile, l’invasion polonaise et les pogroms. Le réalisateur Alexandre Iakovlevitch Askoldov est né en 1932. Il avait cinq ans lorsque ses parents ont été victimes de la grande purge lancée par Staline contre les vétérans bolchéviks. Son père a été fusillé tandis que sa mère a passé quatre ans dans les camps.

Après avoir fait des études littéraires et travaillé sur l’œuvre de Boulgakov, Askoldov s’est tourné vers le cinéma. « La Commissaire » est son premier et dernier film de fiction. Dès la fin de la réalisation, le film a été interdit par la censure avec ordre d’en détruire toutes les copies. Une copie sauvée par miracle a finalement obtenu le visa de la censure vingt ans plus tard dans le contexte de la perestroïka. 

Après avoir remporté plusieurs prix dans des festivals internationaux, le film a finalement pu circuler largement en Union soviétique à la fin des années 80. Quant à Askoldov, s’il a pu encore filmer quelques documentaires sur des usines, il a été interdit de toute activité dans le domaine du cinéma à partir de 1972.


image_pdf