L’art à l’UPJB

TESSA PARZENCZEWSKI

148
image_pdfimage_print

Depuis la fin des années 80, l’UPJB participe régulièrement au « Parcours d’Artistes » organisé par la commune de St-Gilles. Membres, amis, amis des amis, peuplent les cimaises. Pas de sélection. Artistes confirmés ou débutants, ceux pour qui l’art est un passe-temps et d’autres pour qui c’est le fil rouge de la vie. Et aussi, ceux de la marge, de cet art qu’aujourd’hui on nomme « outsider » , hors de la « normalité », mais où est la frontière ? Cette année, c’est un artiste « autre » , Richard Moszkowicz, qui sera mis en lumière, notamment grâce au film de Gérard Preszow « Espace de Travail Artistique » (E.T.A.), qui sera projeté en boucle dans la salle consacrée à Moszkowicz. Pas de hiérarchie affirmée donc, chacun se forgera la sienne.

Peintures en tous genres, sculptures, photos, vidéos, installations… Comment faire dialoguer, respirer, tant d’œuvres diverses ? Longtemps Rose Bulka s’est attelée à cette tâche difficile. Depuis quelques années, Christian Israël, plasticien et scénographe de nombreuses expositions au Musée Juif, relève le défi.

Comme à chaque « Parcours », nos conférences, le plus souvent socio-politiques, laissent la place à des événements artistiques. Par le passé, plusieurs cinéastes nous ont fait découvrir de l’intérieur, dans les ateliers, le monde même de la création : Jean-François Octave, Pascal Bernier, Paul Trajman vus par André Goldberg, encore Paul Trajman filmé par Sarah Blum. Violaine de Villers nous a introduits dans l’univers de Marianne Berenhaut et Jan Blondeel nous a initié à la démarche d’Ann-Veronica Janssens. La musique était présente aussi : des ensembles à géométrie variable dirigés par Lucy Grauman et aussi, un inoubliable concert de chant classique, toujours par Lucy Grauman. Cette année, un film « Birobidjan » de Guy-Marc Hinant et une présentation d’une artiste oubliée, Cécile Douard, par Jeanne Vercheval, accompagneront l’exposition.