Molenbêque-Plage

IRENE KAUFER

image_pdfimage_print

Qui aurait pu croire, quelques dizaines d’années plus tôt, que ce lieu deviendrait un jour the place to be, la commune désertée par les petits dealers et les candidats kamikazes aux noms exotiques, pour le plus grand profit d’honnêtes marchands d’armes et des filiales de la mafia russe ? Désormais, demandeurs d’asile économique franco-ucclois et réfugiés climatiques knokko-ostendais se retrouvaient ici aux côtés de fonctionnaires de la CEE, de CEO surpayés ou encore d’agents de la CIA reconnaissables à leurs lunettes solaires solidement plantées sur le nez, même durant les 300 jours d’averses nationales, rebaptisées «  drache fédérale  » sans que la situation en soit améliorée. Toutes et tous se donnaient rendez-vous là, à la station de métro Philippe-Moureaux, sortie par le côté droit, à la porte Françoise-Schepmans. Il suffisait alors de descendre le long du piétonnier Yvan-Mayeur pour arriver à la plage, avec ses nombreux lieux privatifs, brasseries, saunas, cabines de massage et plus si affinités. C’était luxueux et cher, avec ses toilettes qui, à 5 euros la séance, ne se préoccupaient manifestement pas de compétitivité.

Au fur et à mesure de la montée des eaux, des Flamands avaient racheté et rénové les maisons abandonnées par les djihadistes, leurs familles et leurs amis, fatigués de la traque médiatique. Le quartier était désormais devenu le symbole même d’une gentrification réussie, et certains le surnommaient déjà N-VK, pour «  Nieuwe Vlaamse Kust  ». Par bonheur, il suffisait d’imaginer la prononciation de ce nouveau nom dans les médias français pour dissuader les autorités d’adopter la modification. Officiellement, on en resterait donc à Molenbêque-Plage.

Le gouvernement flamand en exil s’était installé dans un bâtiment neuf de l’autre côté du canal, près de la station de métro si bien nommée Bons-Comptes-de-Flandre. Fidèle aux traditions familiales, Dirk De Wever avait refusé d’en prendre la présidence, préférant semer cailloux et chausse-trappes sous les pieds des ministres, y compris les malheureux de son propre parti, dont il ne cessait de critiquer sournoisement les décisions. Il faut dire que son père avait été contraint à la démission après le scandale de l’accord «  Zand tegen tank  », échange de chars de combat de qualité flamande contre des dizaines de millions de tonnes de sable saoudien, destinées à arrêter la montée des mers – marché de dupes dans la mesure où, si les tanks avaient effectivement permis à la monarchie saoudienne de se maintenir au pouvoir, le sable n’avait pu qu’à peine retarder l’arrivée de la mer du Nord jusqu’à la capitale. Ce qui n’empêchait pas le gouvernement en exil de se cramponner à ses convictions climatosceptiques, persuadant sa population qu’il ne s’agissait de rien de plus que d’une grande, d’une très grande marée, qui finirait bien par se retirer, permettant aux réfugiés un retour dans leurs coquettes villas, au pied de leurs beffrois pour l’instant recouverts par des eaux chargées de fuel et de sacs en plastique, à l’aspect peu ragoûtant.

L’accès de Molenbêque-Plage était donc désormais réservé aux plus chanceux, mais la réputation du lieu était telle que l’habitude avait été prise de situer tout autre lieu de Belgique (ou ce qu’il en restait) par sa distance par rapport à la maison communale, entièrement reconstruite. Pour la Grand-Place, comptez 1400 mètres, ou une centaine de kilomètres jusqu’à la ville sous-marine de Bruges, appelée aussi la «  Pompéi du Nord  ».

Ce jour-là donc, le monde ébahi découvrait, en direct, l’opération policière de grande envergure qui se déroulait à quelques 7 km au sud de Molenbêque-Plage, dans le quartier Armand-De-Decker, également appelé «  la petite France  ». Le plus souvent, les policiers étaient accueillis par une armada d’avocats, de comptables, de redoutables fiscalistes armés de leurs logiciels anti-impôts de la toute nouvelle génération, alors que les policiers, eux, n’avaient que d’antiques calculettes solaires pour se défendre. Le temps qu’ils frappent poliment à la porte, qu’on leur ouvre précautionneusement après avoir décortiqué leurs mandats de perquisition, les documents compromettants avaient eu tout le temps de partir en fumée dans les cheminées de marbre et de disparaître dans un nuage informatique à l’empreinte écologique vingt fois supérieure aux normes autorisées.

Apparaissant sur tous les écrans, la ministre-présidente déclarait gravement que la lutte contre la fraude fiscale était désormais une priorité régionale et que les services spéciaux avaient le droit de fouiller jusqu’aux poches et aux caleçons des mauvais payeurs pour prévenir leurs méfaits, dont la nocivité pour le vivre-ensemble n’était plus à démontrer. En entendant ces mots, quelques baigneurs de Molenbêque-Plage furent pris de tels tremblements que la piscine se transforma instantanément en une sorte de jacuzzi, agité de tourbillons d’angoisse. Mais les vagues se calmèrent rapidement, chacun se souvenant de la vanité de ces annonces quasiment annuelles, liées à la découverte tout aussi régulière du gouffre budgétaire ; une fois encore, ce ne serait pas aux heureux habitants de Molenbêque-Plage de le combler.

Pourtant, cette fois, les policiers semblaient déterminés, et au moment où ils s’apprêtaient à défoncer l’une des portes cossues d’une maison de maître en style Horta reconstitué, avec vue sur mer…

… A ce moment-là, mon réveil se met à sonner.

Je grimace en voyant l’heure, et plus encore en prenant conscience de la date. C’est aujourd’hui que je dois remettre mon texte pour l’Union des Prospectivistes de la Jeunesse Bruxelloise (UPJB) sur le thème «  Imagine ta ville à l’orée du XXIIe siècle  ». Et je n’ai pas la moindre idée de ce que je vais pouvoir raconter de sensé sur cette ville de fous.

Illustration : Raphaël Geffray

SHARE