La fin du monde des « schmattès » par Nathalie Skowronek

Nathalie_Skowronek_upjb

Rencontre avec Nathalie Skowronek autour de la parution de son livre « Un monde sur mesure »

« Des marchés où s’était épuisée notre arrière-grand-mère aux magasins de prêt-à-porter montés par nos parents, tout nous ramenait aux tailleurs juifs des shtetls de Pologne.
Quatre générations plus tard, on ne se fournissait plus dans le Sentier, à Paris, mais chez d’invisibles intermédiaires qui ramenaient la marchandise du Bangladesh, du Pakistan ou de Chine. Qu’importait la provenance des pièces, qui les avaient confectionnés et comment, nous devions reconnaître parmi les vêtements entassés les articles susceptibles de plaire. Il fallait être rapide, choisir juste. Nous prenaient de cours ces nouvelles enseignes qui ouvraient dans toute l’Europe. Le shmattès yiddish allait bientôt disparaître. »
 

N. S.

 Au cœur de l’histoire familiale de la narratrice, le vêtement : d’un côté le magasin de son inconsolable grand-mère, peuplé des fantômes de la Shoah, de l’autre les flamboyants qui, tournant le dos à la tragédie, jouent le jeu de leur époque avant d’être dépassés par le succès. Entre eux, une jeune femme veut exister sans renier ses origines et les évoque avec une acuité sensible. La fin d’un monde, et peut-être la vraie fin du Yiddishland.

Conférence-débat avec Eric Fassin: Pour combattre le néolibéralisme, un populisme de gauche est-il possible ?

Rencontre avec le sociologue Eric Fassin autour de la parution de son nouveau livre sur le populisme à gauche

Pour combattre le néolibéralisme, un populisme de gauche est-il possible ? La question est posée avec insistance après le Brexit et l’élection de Donald Trump. Mais les électeurs d’extrême droite ne sont pas des victimes dont il faudrait écouter la souffrance. On ne convertira pas leur ressentiment en révolte. Pour la gauche, il n’est pas de bon populisme. Mieux vaut s’adresser à ceux qui refusent de céder aux sirènes du fascisme : les abstentionnistes. La sociologie électorale débouche ici sur la théorie politique. Avant de construire un peuple, il faut construire une gauche.

Dossin. L’antichambre d’Auschwitz

image_pdfimage_print

Publication du livre de Laurence Schram sur la Caserne Dossin

De 1942 à 1944, 25 000 Juifs et 350 Tsiganes sont déportés de la caserne Dossin (Malines) à Auschwitz-Birkenau. Comme Drancy ou Westerbork, la fonction de ce rouage essentiel de la Shoah consiste à rassembler les déportés raciaux en vue de leur déportation génocidaire. Un voyage sans retour pour 95 % d’entre eux.

Pour la première fois, l’histoire de ce camp de rassemblement fait l’objet d’une étude scientifique approfondie, menée à la manière d’une enquête policière. Des sources nouvelles ou inexploitées, des témoignages, des dépositions judiciaires et des illustrations, mettent en lumière les parcours de tous les acteurs en présence: les SS, qui règnent en maîtres absolus, leurs auxiliaires et leurs victimes, juives et tsiganes.

Laurence Schram analyse tous les aspects de la vie quotidienne des internés, depuis leur arrivée à Dossin jusqu’à leur embarquement dans les trains qui les déportent. Le fonctionnement du camp, la faim, le manque d’hygiène, les mauvais traitements, la collaboration ou la résistance, la situation particulière des Tsiganes, l’organisation des convois, la libération du camp… sont autant de thèmes que le lecteur pourra découvrir dans cet ouvrage de référence.

Proche collaboratrice de Maxime Steinberg, Laurence Schram a participé à la réalisation du Musée Juif de la Déportation et de la Résistance (1995), où elle a assuré la direction du centre de documentation. Auteure d’études sur la Shoah en Belgique, elle est aujourd’hui Senior Researcher au centre de documentation de Kazerne Dossin. Son doctorat consacré à l’histoire de la caserne Dossin(2015) a reçu le Prix Natan Ramet et le Prix Jacques Rozenberg (Fondation Auschwitz), en 2016.

Pour le commander, surfez sur le site des éditions Racine, cliquez sur le petit caddie à gauche du prix et utilisez le code du coupon « dossin ».

Plus d’infos? Mémoire d’Auschwitz: www.auschwitz.be

Le documentaire « Censored Voices » dans le cadre du Cinéma d’Attac

Censored Voices, un documentaire réalisé par Mor LOUSHY

La projection sera suivie du débat: « Israël-Palestine en mauvais états… » avec Marc ABRAMOWICZ (militant de « Paix et Justice au Moyen-Orient ») et Leila WAFI (Présidente de «l’Association des femmes palestiniennes»)

Résumé:

JUIN 1967. Tout juste démobilisés d’une guerre éclair dont tout le pays célèbre l’issue dans l’euphorie, deux jeunes soldats –traumatisés par ce qu’ils ont vécu– décident d’interroger leurs camarades revenus du front. Certains disent leur fierté d’avoir écrasé les armées arabes, d’avoir conquis Jérusalem, Gaza, le Sinaï, le Golan et la Cisjordanie…

Mais loin de la vision héroïque célébrée par la nation, ces militaires sincères confient surtout leur effroi devant les exactions dont ils ont été les témoins, leurs doutes sur la légitimité de l’occupation, leur désarroi d’avoir participé à l’évacuation des civils palestiniens chassés de leurs terres. Au total, quelques 200 heures sont ainsi enregistrées, mêlant  –dans des récits bouleversants– la honte au  dégoût. Cinquante ans plus tard, cinéaste Mor Loushy en tire un documentaire-choc Censored Voices.

Sorti en salles, le film a connu un fort succès public en Israël où il a ouvert un large débat et suscité, par réaction, de violentes attaques de la droite et des groupuscules extrémistes menaçant la réalisatrice de violences physiques.

Car au-delà des témoignages sur le meurtre en très grand nombre de civils palestiniens désarmés ou de soldats arabes qui se rendent, Censored Voice dévoile une inquiétante prise de conscience : de jeunes conscrits imprégnés d’un sentiment de supériorité découvrent (pour les plus lucides) qu’il y a une logique de mort dans l’idéologie qui a présidé à la fondation de leur Etat depuis ses débuts…

A travers des images d’archives extraordinaires, Censored Voices donnent ainsi à voir et à entendre ce que, jusqu’ici, nous n’avions jamais vu ni entendu…

 Censored Voices dans les médias:

La bande annonce (en anglais)

Sauge qui peut – Spectacle tout public

Sauge qui peut!

Sauge qui peut ! est une pièce de théâtre contemporaine qui met en scène une petite fille et un petit garçon de 10 ans, vivant l’une à Gaza et l’autre à Qusin, près de Naplouse (Cisjordanie).

À quoi ressemble le quotidien d’un enfant en Palestine, quelles sont ses activités, va-t-il à l’école, quels sont ses projets d’avenir ? Et surtout peut-il être heureux ?

Autant de questions que le texte poignant d’Isabelle Ling et Haithm Baz aborde avec de la vidéo, de la musique, mille saveurs et odeurs, et des mots d’enfants pour résumer la situation mieux que ne le feraient tous les discours politiques.

Un voyage pour découvrir la Palestine, sa beauté et ses fissures, ses souffrances et son combat pour la liberté, par les yeux des enfants qui seront les adultes de demain.

Spectacle de la Compagnie AKSAKLAK, pour tout public à partir de 10 ans, interprété par Marion Gassin et Isabelle Thiry.

Pour plus d’informations, cliquez ICI.

Prix: 10€

Marcel Liebman d’une étoile à l’autre

L'Etoile du Mérite palestinien pour Marcel Liebman et Naïm Khader
image_pdfimage_print

A l’heure où l’on commémore les 50 ans de l’occupation des territoires palestiniens, la Mission de Palestine à Bruxelles inaugurait ce 1er juin dernier, en ses nouveaux locaux de l’avenue d’Auderghem à Etterbeek, une Salle Naïm Khader

Naïm Khader (1939-1981) était est un intellectuel palestinien et le premier représentant de l’OLP en Belgique. C’est l’un des artisans de la reconnaissance de la cause palestinienne en Europe. 

Le Président de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbbas a saisi cette occasion pour décerner quatre Etoiles du Mérite: à Naïm Khader, Marcel Liebman, Michel Khleifi et André Dartevelle.

C’est une reconnaissance importante pour Marcel Liebman et Naïm Khader qui furent des précurseurs du dialogue israélo-palestinien. Marcel Liebman (1929-1986) professeur de Sciences-Politiques à l’Université Libre de Bruxelles et Naïm Khader étaient amis. Tous deux militaient pour une paix négociée entre Israël et l’OLP.  Au même titre que Naïm Khader, Marcel Liebman avait été, lui aussi, menacé de mort et avait dû pendant la guerre de 1967, suite aux conseils des autorités belges, mettre sa propre famille à l’abri.

Lors de cette cérémonie, Daniel Liebmann, le neveu de Marcel Liebman, a lu le texte que son oncle a écrit en 1981 suite à l’assassinat de son ami Naïm. 

En recevant l’étoile, Adeline Liebman, la veuve de Marcel Liebman a déclaré « voici une étoile que je serai fière de porter, contrairement à l’étoile infamante que je portais enfant ».

Arnon Grunberg et Nir Baram au BOZAR

Rencontre littéraire

Deux écrivains ont visité l’Israël et les territoires palestiniens et partagent leurs expériences au cours d’une discussion captivante modérée par Mark Schaevers.

Le plus célèbre écrivain néerlandais Arnon Grunberg a parcouru l’Israël et les territoires palestiniens à la recherche de ses racines juives. Il a apporté une contribution exceptionnelle au livre Kingdom of Olives and Ash: Writers Confront the Occupation, qui paraîtra plus tard dans l’année dans dix langues et auquel ont notamment collaboré Dave Eggers et Mario Vargas Llosa. À BOZAR, nous vous en présentons l’édition anglaise. 

Nir Baram est un grand talent de la littérature israélienne. Dans A Land Without Borders, il relate son année passée à la frontière israélo-palestinienne. Sans porter de jugement, il cartographie les sentiments et les opinions des gens qu’il rencontre. Son reportage montre la réalité de la vie quotidienne dans un territoire en conflit et la complexité de la situation politique dans un contexte de tensions, de guerres et d’élections.

Cette discussion s’inscrit dans le cadre d’IHTILAL | KIBBOUCH, 50 ans d’occupation : comment en sortir?, un événement organisé par BOZAR, Broederlijk Delen et 11.11.11 à l’occasion du cinquantième anniversaire de la Guerre des Six-Jours et de l’occupation israélienne des territoires palestiniens. La discussion sera précédée d’un débat invitant  des militants des droits de l’homme et des responsables politiques à s’exprimer.

> Info & Tickets: http://bit.ly/2qWZZ5u

Shabbadan à Molenbeek!

Encouragés par le succès de ses précédents évènements, le groupe de travail de dialogue interculturel* a le plaisir de vous inviter à un shabbadan
Le Shabbadan, c’est ce subtil mix entre rupture du jeune du mois de Ramadan et entrée dans Shabbat.

Un moment placé sous le signe du vivre ensemble et de la convivialité, totalement offert et organisé par les partenaires. Vous êtes toutes et tous les bienvenu-e-s pour partager ce beau moment d’échange et de partage autour d’un bon repas. Différentes animations seront assurées à partir de 20h.

Le nombre de places étant limité, merci de vous inscrire par mail à l’adresse rmaouane@molenbeek.irisnet.be avant le 31 mai.

* le groupe de travail est composé de : le Conseil consultatif des Mosquées de Molenbeek, l’UPJB, la Synagogue Beth Hilel, les Amis de la Morale Laïque, l’Unité Pastorale de Molenbeek-centre, LES absl, la Maison des femmes, le Foyer, le Jardin Ensoleillé, la Maison des Cultures et de la Cohésion Sociale de Molenbek, le Conseil des jeunes, El Kalima, Co-exister, Conseil consultatif des Aînés, Service Jeunesse, Cefoc, les Ambassadeurs de la Paix, le CCM, la Porte Verte et le Cabinet Turine


Infos et réservations : Rajae Maouane – rmaouane@molenbeek.irisnet.be – 02/600.49.47
Adresse : Salle Aladin, Rue Delaunoy n°62
 

Laëtitia ou la fin des hommes par Ivan Jablonka

Ivan Jablonka, auteur notamment de Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus et de L’histoire est une littérature contemporaine, parlera de son dernier livre Laëtitia ou la fin des hommes.

Dans la nuit du 18/01/11, Laëtitia Perrais a été enlevée, poignardée et étranglée. Il a fallu des semaines pour retrouver son corps. Ivan Jablonka (lauréat des Prix Médicis 2016, Prix des Prix et Prix littéraire Le Monde 2016) a rencontré les proches de la jeune fille et les acteurs de l’enquête. Il éclaire sa fin tragique et notre société tout entière : un monde où les femmes se font harceler, frapper, violer, tuer.

Organisé par la Fondation de la Mémoire contemporaine

Prix Médicis 2016, Prix des prix, Prix littéraire Le Monde 2016

Les événements