[Conférence] “David Grossman au coeur d’une oeuvre aux multiples facettes” par Tessa Parzenczewski

Tessa Parzenczewski est chroniqueuse littéraire à Points Critiques, la revue de l’UPJB

Du récit du réel comme “Le vent jaune”, écho de la vie des Palestiniens sous l’occupation, au cycle romanesque, où la fiction déploie toute la panoplie de l’imaginaire, David Grossman ne cesse d’explorer ses propres territoires : la société israélienne, ses déchirures, ses dilemmes, ses voix dissidentes, sans oublier la mémoire toujours présente de la Shoah qu’il évoque par une sorte de détour, aux confins du fantastique. De la prose au poème, David Grossman invente à chaque fois de nouvelles formes d’écriture et de narration pour nous dire aussi les bouleversements intimes, les tragédies individuelles et l’impossibilité du deuil.

David Grossman