[Visioconférence] “Dibbouks”. Rencontre avec Irène Kaufer

Afin de respecter les mesures sanitaires, cette rencontre aura lieu en visioconférence. Elle sera diffusée sur Zoom via le lien suivant :
https://zoom.us/j/98331055420
Pour rejoindre la conférence, il vous suffit de vous connecter sur Zoom et d’entrer votre adresse mail.
Vous pouvez poser des questions via l’onglet « Q. et R. » de votre fenêtre Zoom.
Les modérateur·trices tenteront de poser un maximum des questions du public à Irène Kaufer.

Irène Kaufer est une militante féministe et syndicale. Née à Cracovie, elle est arrivée en Belgique en 1958. En 1997, elle pousse ses parents, survivants de la Shoah, à témoigner dans le cadre d’un recueil d’entretiens filmés de la Fondation Spielberg. Son père évoque notamment celle qui fut sa première épouse et leur petite fille, un bébé quand elle fut assassinée.

Une vingtaine d’années plus tard, Irène nous fait don d’un roman « Dibbouks », publié par les éditions de l’Antilope en avril 2021. La narratrice s’interroge sur son sentiment de sans cesse tanguer et se dissoudre. Construit comme un roman policier, irrigué par des torrents d’humour, le récit nous amène de Bruxelles à Paris et surtout à Montréal. A la recherche des traces de cette sœur « Mariette » et de la trace puissante que le bébé assassiné a laissée dans sa vie. Dans la tradition populaire juive, le dibbouk est l’âme d’un mort qui s’incarne dans un corps vivant. S’ouvrant sur un récit hassidique qui avait ému Chantal Akerman et lui avait fourni l’ouverture de son film « Histoires d’Amérique », le livre s’achève sans prendre fin par une marche, le pas assuré, dans une rue de Bruxelles.

Irène Kaufer présentera son livre en visioconférence à l’UPJB le vendredi 21 mai à 20h15. L’entretien se fera avec Laurent Vogel.

« Dibbouks » : podcast de la revue « Axelle »