[Projection-débat] SARURA. Raconter est la première forme de résistance

Aux portes du désert du Néguev, un groupe de jeunes Palestiniens lutte contre l’occupation militaire israélienne. Les « jeunes de Sumud » – les jeunes de la persévérance – tentent de rendre à leur peuple les terres volées à leurs familles, en rénovant l’ancien village troglodyte de Sarura. Ils font face à l’agression par des actions non violentes, se défendant des armes à feu avec leurs propres caméras ; ils opposent à la désolation et à la mort l’espoir et la vie.

Dix ans après leur premier documentaire sur la lutte non-violente en Cisjordanie, les cinéastes reviennent dans le village d’At-Tuwani pour raconter comment les enfants représentés dans leur premier film ont grandi entre-temps, à partir d’archives de plus de 15 ans.

La projection sera suivie d’un échange débat avec Eitan Bronstein Aparicio, co-fondateur de Zochrot et de De-Colonizer, centres de recherche qui dénoncent la nature coloniale du régime israélien.

Eitan Bronstein Aparicio est le fondateur de Zochrot, une organisation israélienne qui travaille depuis 2001 à susciter en Israël et dans le monde une prise de conscience sur
la Nakba et le droit au retour des réfugiés palestiniens. En 2015, il a fondé De-Colonizer avec Eléonore Merza Bronstein, un centre de recherche qui produit des outils pour exposer et contester la nature coloniale du régime israélien. Ils sont les auteurs de l’ouvrage « Nakba, pour la reconnaissance de la tragédie palestinienne en Israël » (2018) (disponible en français), et d’une carte situant les nombreux villages palestiniens détruits dont les traces sont effacées depuis la création de l’état hébreu.
Il vit actuellement en Belgique ave sa famille.

PAF : 7,00 / 6,00 / 3,50 €

Réservation www.lavenerie.be ou 02 672 14 39